• En attendant Doggo

    "Personne n'est à la fête, ici, mais, dans le palmarès des affections atroces, la maladies d'Alzheimer est en tête de peloton. On l'appelle la "maladie des adieux prolongés", et c'est exactement ça. Au cours des deux dernières années, j'ai vu les capacités mentales de mon grand-père s'étioler de plus en plus. Le flot constant d'anecdotes qui lui était si particulier s'est presque complètement tari, et c'est une chance si on saisit encore au passage un trait de son humour ravageur. C'est arrivé à ma dernière visite par hasard. Une mignonne aide-soignante a passé la tête dans sa chambre pour vérifier que tout allait bien.

    -Tiens, Magda! Elle ne peut pas vivre sans moi, cette petite. Elle inventerait n'importe qu'elle excuse pour venir dans ma chambre. Elle dit que c'est pour ma beauté, mais je sais que c'est pour mon argent.

    -Très drôle, monsieur Larssen.

    -Je ai dit que j'étais marié, mais elle insiste...

    Ces retours momentanés de son ancienne personnalité sont de moins en moins fréquents. Bientôt, aucune étincelle ne se rallumera plus. Il ne sera plus qu'une coquille vide, retenu à la vie par quelques fonctions physiques et rien d'autre."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :